logo

Les Films



Archives

La belle équipe

Media

Réalisation : Julien Duvivier
Acteurs: Jean Gabin, Charles Vanel, Raymond Aimos, Viviane Romance

Le film

Cinq copains au chômage, - Jean, Charles, Mario, Jacques et Tintin – gagnent ensemble à la loterie nationale. Ils achètent avec leur pactole et retapent une guinguette au bord de l'eau. Ainsi, ils seront tous présidents de leur petite république, "chez nous"…

Le réalisateur

Julien Duvivier né en 1896 à Lille et mort en 1967 à Paris, est un réalisateur français qui a marqué le cinéma français de la période 1930-1960. Parmi ses films les plus originaux figurent notamment Pépé le Moko (1937)Panique (1946) et Voici le temps des assassins (1956). Célèbre pour sa noirceur et son pessimisme, il connut cependant l'un de ses plus grands succès publics avec son Don Camillo (1951).

Julien Duvivier a fait ses débuts en tant qu'acteur de théâtre en 1916 à l'Odéon, sous la direction d'André Antoine.

En 1918, il entame son parcours au cinéma chez Gaumont comme scénaristeouassistant. Dès l'année suivante, Duvivier réalise son premier film, Haceldama ou le prixdusang, qui cependant ne connaît qu’un succès mitigé. C’est avec David Golder (1930) que Duvivier connaît un premier succès. C’est aussi son premier film parlant et la première expérience du parlant pour l’acteur Harry Baur. En 1935, pour La bandera, Julien Duvivier s’attache pour l’écriture les talents de Charles Spaak, qui avait jusque-là collaboré avec Feyder, Grémillon, Allégret et L'Herbier. Ils travailleront par la suite souvent ensemble.

Après le tournage du Golem (1936), film fantastique, Duvivier entreprend La belle équipe (avec Jean Gabin, Charles Vanel, Raymond Aimos), une œuvre qui restera un titre phare du réalisateur. La fin originale du film étant jugée trop pessimiste, les producteurs imposent à Duvivier, à son grand dam, de réaliser un dénouement plus heureux. Si ces deux fins existent toujours, c'est la version optimiste qui a été exploitée en salle.

La guerre – période américaine 

Durant la Seconde Guerre mondiale, contrairement à Marcel Carné notamment, qui malgré les circonstances poursuit sa carrière en France, Julien Duvivier part de nouveau travailler aux États-Unis, où il réalise 5 films dont 2 films à sketches en 1943 avec des stars américaines dont Rita Hayworth ou Barbara Stanwyck.

L’après-guerre 

À son retour en France, Duvivier éprouve quelques difficultés à renouer avec son succès des années 1930. En 1946, sort Panique. Condensé exhaustif des instincts les plus vils et les plus bas de la nature humaine, l’œuvre est adaptée du roman Les fiançailles de monsieur Hire de Georges Simenon. En 1951, il réalise le premier volet des Don Camillo : Le petit monde de don Camillo qui rencontre un succès populaire immédiat. Julien Duvivier laisse une filmographie riche de près de 70 titres, parmi lesquels on compte d’incontournables classiques du cinéma mondial.

Thèmes récurrents 

La bande, le groupe, la microsociété et la façon dont les individus peuvent évoluer ou pas au sein de leur environnement humain est un thème fréquent : La belle équipe qui donne son titre au film, la petite ville de Panique, le village italien des Don Camillo, le groupe d'acteurs retraités de La fin du jour, le groupe d'anciens résistants dans Marie-Octobre, la gigantesque micro société qu'est Paris dépeinte de façon impressionniste dans Sous le ciel de Paris…

MP