logo

Les Films



Archives

Visages, Villages

Media

Un film documentaire réalisé par Agnès Varda et JR

Le film

Agnès Varda et JR ont des points communs : passion et questionnement sur les images en général, et plus précisément sur les lieux et les dispositifs pour les montrer, les partager, les exposer. 

Agnès a choisi le cinéma.
JR a choisi de créer des galeries de photographies en plein air. 

Quand Agnès et JR se sont rencontrés en 2015, ils ont aussitôt eu envie de travailler ensemble, de tourner un film en France, loin des villes, en voyage avec le camion photographique (et magique) de JR. Hasard des rencontres ou projets préparés, ils sont allés vers les autres, les ont écoutés, photographiés, et parfois affichés.



Le film raconte aussi l’histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage,
entre surprises et taquineries, en se riant de leurs différences.  

« Extrêmement joyeuse, rythmée par les clowneries des deux protagonistes, la promenade témoigne d’activités en voie de disparition, se nourrit de sagesse du quotidien. Elle révèle aussi les travers d’une société en mutation: les dockers sont en grève, le productivisme écorne les chèvres.

Le film s’ombre de mélancolie, car le temps passe et Agnès Varda, dont le regard a changé le monde, est en train de perdre la vue. Et elle se souvient de ceux qui ne sont plus, comme le photographe Guy Bourdin. Elle l’a photographié en 1954. JR transpose le cliché sur l’angle d’un bunker, sur la plage de Sainte-Marguerite-sur-Mer. Le travail est ardu, le temps presse, la marée monte. Après son passage, il ne reste rien. Coutumier de l’éphémère, JR semble un peu choqué ». (Antoine Duplan, Le Temps)

Les réalisateurs

Née à Ixelles, en Belgique, en 1928, Agnès Varda y passe sa petite enfance avec ses quatre frères et sœurs. Agnès Varda devient photographe de Jean Vilar à la création du festival d’Avignon en 1948, puis de la troupe du Théâtre National Populaire au Palais de Chaillot à Paris. La même année, Agnès Varda passe au cinéma sans aucune formation. Son premier long-métrage, La Pointe courte, lui vaudra le titre de « Grand-mère de la Nouvelle Vague ». Mariée avec le cinéaste Jacques Demy (disparu en 1990), elle a élevé avec lui Rosalie Varda-Demy, créatrice de costumes puis directrice artistique, et Mathieu Demy, comédien et réalisateur. 

JR est né en 1983 en région parisienne. Il vit et travaille entre Paris et New York. En 2001, il trouve un appareil photo et documente ses virées nocturnes dans le métro ou sur les toits de Paris pour les coller ensuite sur les murs des villes, genèse d’un long travail de photographie monumentale, toujours en noir et blanc. 

JR expose librement sur les murs du monde entier, il colle ses photographies dans l’espace public pour révéler les visages et les témoignages d’invisibles, des banlieues françaises à la Turquie, de Times Square au Panthéon, en passant par les ghettos du Kenya ou les favelas du Brésil. 

FB