logo

Les Films



Archives

Una questione privata

Media

P. et V. Taviani / 1h25 / Italie 2017

Synopsis

Milton apprend incidemment que son ami Giorgio avait une liaison secrète avec Fulvia que lui-même aimait d'une passion folle. Il part à la recherche de Giorgio pour en avoir le coeur net. Mais nous sommes en 1943 et la guerre civile fait rage au Piémont comme dans toute l'Italie. Una questione privata marque un retour aux sources de deux grands maîtres du cinéma italien.


La jeunesse de deux patriarches


En 1943, au hasard d'un mouvement de son groupe de résistance, Milton retrouve la maison où il passait ses vacances, adolescent, avec la belle Fulvia et son ami Giorgio. Il y apprend que Fulvia, dont il est éperdument amoureux, lui préférait Giorgio. Il veut alors retrouver Giorgio qui se bat aussi contre les fascistes, mais celui-ci est fait prisonnier. Milton cherche alors un fasciste qu'il pourrait échanger contre son ami.


Pénétrer dans un film des frères Taviani, c'est comme entrer en littérature. Bien sûr, il y a le fait que Una questione privata est une adaptation libre du roman autobiographique de Beppe Fenoglio. Cependant, il s'agit surtout du style inimitable des réalisateurs italiens dont la mise en scène épurée s'appuie sur des dialogues travaillés, qui tombent juste et vivants, bien qu'ils paraissent littéraires, justement. Regarder Una questione privata, c'est aussi aller au théâtre avec ce décor submergé par une brume shakespearienne, témoin d'une action unique, d'une question unique: Fulvia a-t-elle trompé avec Giorgio la passion que lui porte Milton? Regarder une oeuvre des deux frères, c'est aussi remonter le temps, retrouver la mémoire des temps dramatiques où les forces fascistes de Mussolini massacraient encore des villages entiers soupçonnés d'aider la résistance. Alors, que doit-on admirer le plus dans cette oeuvre tardive des deux patriarches? Certainement l'audace de la jeunesse! D'aucuns les avaient déjà installés au panthéon des cinéastes, les revoilà toujours en verve, dirigeant magnifiquement de jeunes acteurs sublimes, osant des références surprenantes – John Milton, le poète anglais républicain avant l'heure. Et pour conclure, une scène de poursuite qui restera dans les annales. Comment dit-on déjà? Voir un film des Taviani, c'est que du bonheur.

Martial Knaebel