logo

Les Films



Archives

7 Minuti

Media

Réalisation : Michele Placido
Actrices: Ambra Angiolini, Cristiana Capotando, Maria Nazionale, Violante Placido, Clémence Poésy, Sabine Timoteo, Ottavia Piccolo, Anne Consigny.

Le film

Italie, de nos jours. L’avenir d’une usine de textile en faillite dépend désormais d’un grand groupe français, Rochette&Co. À l’issue de la réunion avec les anciens dirigeants, les nouveaux acquéreurs ne souhaitent licencier personne mais demandent aux employées de signer un nouveau contrat stipulant qu’elles acceptent de perdre 7 minutes de leur pause-déjeuner quotidienne. Cette proposition est soumise au vote des onze employées représentantes du personnel. Dès lors, pendant qu’en haut, les dirigeants célèbrent sournoisement la fusion d’entreprise, en bas a lieu une confrontation très serrée des raisons en faveur d’un oui ou d’un non. Il y a les « anciennes », la femme enceinte, les immigrées, la mère de famille dont le mari est au chômage technique, la jeune fille qui vient de décrocher son premier emploi… Chacune a sa propre histoire, ses propres besoins et son propre désespoir.

Partant d’un fait divers où des ouvrières françaises se sont battues pour leurs droits et s’inspirant de la pièce homonyme de Stefano Massini, le réalisateur italien Michele Placido trace le portrait, en douze figures, de la femme dans la société actuelle et nous invite à réfléchir sur la crise du monde du travail.

« Dans la pièce de Massini, et dans mon film, ce sont onze femmes très différentes entre elles qui doivent décider de leur propre destin, tandis qu’au dehors, quatre cents de leurs collègues attendent une réponse. Je me suis aussi inspiré d’un fait divers survenu en France. C’est vraiment un sujet brûlant. Il faudrait ré-humaniser le travail, parce qu’il n’est pas juste d’en devenir les esclaves. » (Propos du réalisateur)

« Dans un décor figé, dont les machines et murs froids rappellent parfois Le désert rouge d’Antonioni, se joue une sorte de Douze hommes en colère au féminin. La tension est parfaitement maintenue tout au long du film, comme dans un thriller psychologique, grâce à un montage sec, au rythme rapide mais surtout grâce aux comédiennes, absolument parfaites. Car oui, 7 minutes est avant tout un film de femmes, observées sans jugement par la caméra du réalisateur. Rarement on aura vu des rapports, entre violence et complicité, aussi éloignés de tout stéréotype. Le portrait de chacune des protagonistes est tracé avec justesse, donnant à voir leurs failles, leurs convictions, leurs parcours, sans jamais s’appesantir. » (Ciné-Feuilles)

Toutefois, derrière elles, ce sont de nombreuses réalités actuelles qui sont exposées. Là encore, le harcèlement, la place de la femme, les conséquences de la crise, les migrations, le racisme sont autant de thématiques abordées avec sensibilité. Et à travers le dilemme auquel doivent faire face ces femmes sous la contrainte, le réalisateur offre une réflexion sur la situation des travailleurs aujourd’hui et leur lutte pour le maintien de leurs droits, qui va bien au-delà de l’enceinte de la fabrique. Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour travailler ? Jusqu’à quel point peut-on brader sa dignité pour garder son emploi ? Ce sont autant de questions qui traversent ce long-métrage militant.

Le réalisateur

Né en 1946, Michele Placido mène une double carrière d’acteur et de réalisateur depuis plus de trente ans. Ancien policier, il débute au théâtre avant de faire ses premiers pas au cinéma en 1974 dans Romances et confidences de Mario Monicelli. Depuis, il a joué avec les plus grands cinéastes italiens : les frères Taviani, Marco Bellochio, Marco Ferreri, Gianni Amelio, Mario Martone, Nanni Moretti, Giuseppe Tornatore… Michele Placido est passé à la réalisation en 1989 avec Pummarò. Suivront Les amies de cœur (1992), Un héros ordinaire (1995), Del perduto amore (1998), Un altro mondo è possibile (2001), Un viaggio chiamato amore (2002), Ovunque sei (2004), Romanzo criminale (2005), Le rêve italien (2009), L’ange du mal (2010), Le guetteur (2012). 

PMP